Wonder Woman

J’ai grandi avec la série des années 70, inquiète à l’idée que mes parents tout-puissants puissent disposer de ce « lasso de la vérité », et trouvant vraiment top ce short moulantissime à souhait tout de satinade bleue et rouge. Alors quand une levée de boucliers a fait front sur le dernier Superman vs Batman malgré la fin des plus prometteuses, j’ai pris mon mal en patience et ai attendu LE film qui viendrait balayer toutes les moqueries et jalousies diverses débitées à l’époque (si si si, messieurs, j’ai lus entre vos lignes… Les pecs terrrrrrrrrrriblement convaincants de Henri Cavill vous ont terrassés de leur perfection, et puis c’est tout !).

Et le voilà.

Franchement, quand on voit qu’avec un budget « ridicule » par rapport à nombre de block busters on parvient à ce niveau de finition, moi je me dis que ça valait bien 30 ans de travaux, retouches et autres améliorations de casting…

Des décors de rêve, un scénario assez classique mais tellement bien servi par un casting impressionnant de justesse, des combats chorégraphiés au millimètre (5 mois de préparation physique pour Gal Gadot !), et au final un résultat qui vous accroche d’un générique à l’autre avec beaucoup d’à propos, il n’en a fallu pas plus pour emporter dans mes délires DCesques mes deux trolls, cramponnés eux aussi à leurs fauteuils, contorsionnés à chaque combat, et béas d’admiration pour une superbe déesse au canif acéré…

Je peux donc attester que de 9 à 47 ans, et tous genres confondus, le film trouve sans problème son public, et va enrichir l’imagination des plus créatifs. Pour ma part, je suis désormais désespérément à la recherche d’un diadème de déesse amazone (pour la trollette), d’un Godkiller (pour le troll -rien de sexuel, je confirme-), et d’un Lariat de Hestia (pour moi, parce qu’au bureau, ça pourrait être bien pratique parfois). C’est pas gagné, même sur le net.

J’ai bien pris note que le corset de Diana Prince était trop juste pour moi, ma trollette s’est chargée de briser mes rêves en me rappelant que j’étais trop vieille pour ça maintenant. Alors pour me venger, j’ai mis le thème musical du film en sonnerie de mon portable. Et j’en ai monté le son pour qu’elle en entende bien la moindre sonnerie. Non mais. C’est qui le patron ?!

M’enfin moi, j’dis ça, j’dis rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *