Braquage à l’ancienne

J’avais besoin d’un peu de douceur dans ce monde de brutes, d’un petit moment tranquille pour grignoter des bonbons en cachette dans le noir d’une salle en profitant d’un horaire où le cinéma serait suffisamment plein de vide pour que je puisse retirer mes chaussures et poser mes pieds sur le siège de devant. Alors j’ai profité d’une accalmie dans mon planning de WonderWoman, et je me suis voté 1h36 de détente.

Les critiques étaient dithyrambiques, annonçant « fraîcheur », « détente », et « pur bonheur ». Je me suis donc installée pleine d’espoir. Certes, j’ai passé un bon moment, piochant régulièrement dans mon sachet de Cahouettes au chocolat.

Mais pour autant, si Morgan Freeman, Mickaël Caine et Alan Arkin font de leur mieux pour apporter leur vieille jeunesse à un scénario cousu de fil blanc, on reste quand même un peu sur sa faim faute de grande originalité dans la trame du film. On est loin des promesses annoncées. Peu de rebondissements, suspens quasi-inexistant, et mis à part un peu d’humanité dans les relations entre les personnages, pas de grande surprise dans l’histoire.

On a là un bon film pour un soir de semaine, mais pas franchement un choix cornélien en cas d’hésitation entre deux salles.
M’enfin  moi, j’dis ça, j’dis rien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *