Ant Man

C’est vrai quand même que le nom ne fait pas rêver.

Le concept non plus d’ailleurs… Un bonhomme minuscule qui chevauche une fourmi ailée ?… Mis à part me faire hésiter la prochaine fois que je mets un coup de bombe insecticide dans la maison, je ne voyais guère comment les studios Disney pourraient surenchérir sur les derniers Avengers. D’autant que je m’étais enquillé hier avec délice les 8 épisodes de « Agent Carter » qui ont assuré, sans que je ne l’ai prévu, une transition parfaite avec le tout début du film…

Même si d’aucuns pervers psychopathes s’étaient amusés au bureau cet après-midi à me culpabiliser de profiter de l’absence de mes trolls pour aller me la couler douce dans une salle climatisée, je fus subtilement inspirée de le faire quand même si j’en crois le petit nombre de spectateurs me permettant de choisir tout à mon aise LE siège central de l’allée presque centrale de la salle n°7, sans avoir à lutter de vitesse avec Bixente Goyenetche et ses copains de vacances, ou Mme Etcheverry et ses 4 bambins.

Il paraît que Stan Lee a attendu plus de 20 ans pour faire ce film (juste à temps d’ailleurs, parce que Michaël Douglas, bien qu’un peu rassis, est parfaitement à sa place d’ancien super-héro). D’un autre côté, à 130 millions de dollars le film, moi aussi j’aurai un peu attendu, histoire d’être bien certaine que les Marvels aient leur place dans les salles de cinémas et ne pas griller toutes mes économies d’un coup.

Même si le début, un peu long en baratins de tous genres (faut bien poser l’intrigue après tout), ne devrait pas tenir en haleine les moins de 10 ans, les choses ne tardent pas à se corser dans l’action, et ce fut pour mon plus grand bonheur.

Outre en prendre plein la vue avec une 3D plutôt bien maîtrisée, une bande son bien rock comme on aime depuis les Iron Man, et des piques d’humour à ne plus savoir où donner de la tête, on en a pour son argent.

C’est simple, je me suis tout simplement bien marrée.

A mon sens un cran au-dessus des Gardiens de la Galaxie pour ce qui est du second degré, les références incessantes non seulement au monde des Avengers, mais aussi à la « vraie vie » et son cortège d’objets du quotidien, nous portent d’un éclat de rire à un autre.

Ah oui, et puis on voit quand même qu’à 46 ans, un bon régime et quelques exercices peuvent encore, messieurs, avoir un effet positif sur vos pectoraux. En tous cas, ceux de Paul Rudd valent largement les 5 secondes qu’on leur consacre, 3D, ou pas 3D…

La suite, annoncée à grand renfort d’œillades appuyées, nous donne juste envie d’accélérer un peu les choses.

Et même si l’omniprésence actuelle des Marvels sur les écrans peut prêter à saturation, je trouve impressionnant que les producteurs aient à ce point harmonisé leurs choix financiers, et nous donnent en tir groupé des sessions entières de « séries » dont chaque épisode dure au moins 120mn…

Effet de mode, sans doute. Mais pour une fois, moi, j’aime bien suivre la mode.

M’enfin moi, j’dis ça, j’dis rien…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *